amélioré en 2011

Déguster le vin

La dégustation ce n’est pas deviner d’un vin : le millésime, l’appellation ou le domaine vinicole. La dégustation consiste à analyser les sensations dues au vin : à l’oeil, au nez et à la bouche. Ensuite la pratique permet de jouer aux devinettes.

L’oenologie c’est autre chose : les techniques de fabrication des vins.

 

Abrégé de sommellerie


Débouchez à l’avance. Versez 6 cl (à peu près) dans un verre et penchez le verre devant une surface blanche. Si vous ne voyez pas de reflets orangés, le vin rouge peut être carafé et les éventuelles autres bouteilles gardées.

Humez avec le nez au-dessus du verre. Cherchez le goût de bouchon. Faites tourner le vin et sentez de nouveau. Puis versez une partie en bouche.

Voilà pour l’essentiel.

 

Devenez un bon dégustateur


Quiconque a un sens de l’odorat peut déguster du vin. Il n’y a que vous pour savoir ce que vos sens vous indiquent. Il n’y a pas de mot parfait pour décrire une sensation ; il me semble souvent qu’un-e novice décrit mieux le vin qu’un professionnel (qui n’utilise plus un vocabulaire clair).

 

Fiche de dégustation


L’examen visuel vient d'être évoqué. Il n’apporte pas de plaisir au dégustateur.

Pré-requis : le dentrifice est l’ennemi de la dégustation (et du cours d’oenologie) ; donc prévoyez de vous brosser les dents plusieurs heures à l’avance (et jetez votre chewing-gum). Certains plats doivent aussi être évités.

Le verre au repos avant tournoiement, c’est examen olfactif :

  1. La première impression est-elle : bonne ou douteuse ?

  2. L’intensité aromatique est-elle : puissante/ouverte ou discrète/fermée ?

  3. La complexité aromatique est caractérisée par le nombre de familles d’odeurs : florales, fruitées, végétales, minérales, boisées, épicées, grillées, sous-bois, animales, etc.

Après tourbillon dans le verre, refaire l’examen olfactif.

L’examen gustatif :

  1. La première impression (l’attaque) est-elle onctueuse, flatteuse, puissante, dure ?

  2. La matière est-elle légère ou dense ?

  3. fraîcheur (l’acidité ressentie) donne un certain équilibre. Est-il : mou, souple, franc, ferme ou vif ?

  4. Pour les rouges : apprécier les tanins (quantité et qualité).

  5. La fin de bouche est-elle plaisante ou non ?

La longueur :

  • Reste-t’il la brûlure de l’alcool après le vin ?

  • Reste-t’il des parfums après le vin ? (c’est la persistance aromatique)

 

S’améliorer


Tout consommateur peut améliorer sa dégustation du vin, ne serait-ce qu’en prêtant attention à ce qui se passe dans le verre. Guideduvin.com vous donne des bases saines pour améliorer votre appréciation du vin. Vous devez maintenant déguster des vins variés et visiter les (bonnes) caves.

Un peu de lecture vous aidera à progresser plus vite. Je donne ici deux références de livres pour vous accompagner :

  1. Une Initiation à la dégustation des grands vins de Max Léglise, éditions Jeanne Laffitte.

    Plus facile à lire que :

  2. Le Goût du vin par Emile Peynaud et Jacques Blouin, éditions Dunod.


 

N’oubliez pas de vous faire plaisir !

Vous pouvez mettre à température le vin ou vous demander quels vins ouvrir à l’avance.

Voici deux articles sur la vinification et la fermentation et les styles des vins.

Amsterdam NL  |  Montpellier 34  |  Neuilly-sur-Seine 92

 

Haut de page

Drapeau anglais
Wine tasting