amélioré en 2008

Millésimes des vins

Sont traités sur une autre page : « Combien de temps garder une bouteille » et « Choisir un vin à garder très longtemps ».

Le concept de millésime recouvre l’année de vendange et les conditions météorologiques de production. La notion de millésime peut servir de guide pour l’achat, la garde et la dégustation.

Déduire la qualité d’un vin de la réputation de son millésime est partial (voire malhonnête). Espérer comprendre un vin à partir d’une notion aussi floue est inutile. Vous devriez utiliser des critères plus solides, et surtout goûter.

 

Tableaux de millésimes

Une cote peut-elle résumer la qualité des vins d’une région ? Non. Un tableau des millésimes des vins n’est pratique que comme indicateur grossier du prix et de la réputation des vins les plus connus cette année-là et du potentiel de garde de ces vins.

Notez que les professionnels (les producteurs, les distributeurs et beaucoup de critiques) ont tendance à minimiser les difficultés des derniers millésimes à la vente. Vous ne devez donc croire les premiers compte-rendus que si vous avez confiance en l’auteur.

Voici quelques tableaux (tous anglophones) :

 

Des produits fiables

Qu’est-ce que la qualité d’un millésime ? C’est une notion fort peu utile dans certains pays aux climats favorables (Languedoc, Californie, Australie). La régularité du climat y permet d’obtenir un vin de qualité similaire quand l’élaboration est la même.

De plus, des méthodes industrielles de production peuvent être appliquées pour produire le même vin année après année... ce qui donne un produit fiable et standardisé. Ceci s’applique aux champagnes de négociant et au vin de « goût international ».

 

De l’artisanat

Dans les zones tempérées (Europe, New York, État de Washington, Nouvelle-Zélande), le climat plus frais permet d’élaborer des vins au goût plus précis. Quelque soit l’année, les techniques oenologiques permettent désormais de sauver la production (merci l’oenologie !). On aura un bon vin si la vigne a été correctement cultivée.

Ainsi, un vin d’un vigneron exigeant dans un millésime difficile sera souvent plus intéressant qu’un vin d’un viticulteur laxiste et d’une année bien cotée. Des parcelles voisines vont exprimer des qualités différentes, ne serait-ce qu’à cause des pluies de septembre. Seuls les bons producteurs peuvent sauver une récolte mutilée par le mauvais temps.

 

La notion de millésime est pratique

Les grands millésimes n’existent que dans la tête des amateurs. Certaines généralisations sont justement utiles pour l’appréhension : on trouve des traits communs aux vins de cette année-là. Ici je pense aux régions tempérées (France, Allemagne, Orégon).

Les similitudes peuvent s’expliquer par :

  • Les conditions climatiques voisines subies par les ceps (hiver doux, gel, grêle, ensoleillement, pluie en septembre). Pour 2003, il était probable que le déficit de pluie du printemps et la canicule de l’été induisent un manque de fraîcheur en France et dans le Piémont italien ; cela s’est souvent avéré.

  • La mode du moment quant aux méthodes d’oenologie dans la région. Un exemple spectaculaire : le basculement de la Rioja (en Espagne) dans le standard international en 1994.

En pratique, les vins d’une même commune, embouteillés à un ou deux mois d’intervalle, partagent souvent quelques qualificatifs :

  • Ils sont difficiles à goûter pendant la même durée (quelques semaines pour les 1997 de Bourgogne et de la vallée de la Loire, quelques années pour les 1998).

  • Ils sont globalement frais (1996 et 2001 en France) ou mous (2003 en Europe).

  • Ils sont âpres (1998 en France) ou lisses (2002 en Bourgogne).

  • Autre exemple : à peu près tous les crus de bordeaux 1975 ont pendant deux décennies attaqué les dents de devant (traces d’acide oxalique).

  • Un vin fin dans les années « exceptionnelles » (1989, 1990, 2000, 2005 en France) méritera d’attendre plus longtemps que dans les années « difficiles » (2003, 2004 en France). Disons que les vitesses d’évolution changent avec le millésime... et qu’il y a beaucoup d’exceptions.


 

Je vous propose d’autres articles tels que : « Comment choisir les vins à acheter ? » ou « Peut-on garder du vin chez soi ? ».

 

Nouveautés trimestrielles

J'ajoute des commentaires de dégustations en juillet et décembre. Pour être averti des nouveautés sur le site, il faut . (Il y a 6294 abonnés en ce moment.)

 

Haut de page

Drapeau anglais
Vintages of wine